menu

Compagnons bâtisseurs

Notre réseau national

Siège Compagnons Bâtisseurs

> La Réunion

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Provence

Siège Compagnons Bâtisseurs

Siège Compagnons Bâtisseurs

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Hauts-de-France

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Occitanie

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Ile-de-France

Siège Compagnons Bâtisseurs

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Centre-Val de Loire

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Bretagne

Siège Compagnons Bâtisseurs

Siège Compagnons Bâtisseurs Auvergne-Rhône-Alpes

> Auvergne > Rhône-Alpes

Siège Compagnons Bâtisseurs

> Nouvelle-Aquitaine

Siège Compagnons Bâtisseurs

Rechercher

10 janvier 2019

Conférence de presse : l’habitat indigne – état des lieux et propositions

Association Nationale

Le drame des effondrements d’immeubles rue Aubagne à Marseille, a mis en avant l’urgence d’affronter une réalité qui concerne aujourd’hui 900 000 à 1 300 000 personnes, contraintes de vivre dans des conditions d’habitat dangereuses et indignes.

Depuis de nombreuses années, les compagnons Bâtisseurs alertent les pouvoirs publics sur ces trop nombreux cas de mal-logement et luttent, en lien avec ses partenaires et grâce à ses actions, contre l’habitat indigne.

 

A l’occasion de la conférence de presse qui s'est tenue, le Mercredi 9 janvier à 14 heures 30 au siège de la Fondation Abbé Pierre, un collectif d’acteurs engagés dans la lutte contre le mal logement, Fondation Abbé Pierre, Procivis , Fédération Soliha et les Compagnons Batisseurs ont dressé un état des lieux, avant d’avancer des solutions pour lutter efficacement et durablement contre l’habitat indigne. Le collectif réclame notamment un plan national de résorption pour rénover 60.000 logements indignes par an.

Selon la Fondation Abbé-Pierre, ce phénomène concernerait 600.000 logements en France. « Des situations qui touchent aussi bien des locataires que des propriétaires ayant acquis un logement en mauvais état qu’ils n’ont pas les moyens de rénover », a décrit Suzanne de Cheveigné, notre présidente. « Or, aujourd’hui, les moyens mobilisés par l’Etat ne sont pas à la hauteur des dégâts sociaux provoqués par l’habitat indigne », a souligné à son tour Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.

Pour en savoir plus, consultez les articles de presse ci-dessous :

Le figaro, 20 Minutes, Bactiactu, les Echos

 

 

< Retour